WELCOME LONDON
Hey bienvenue sur le forum " Welcome to London " =)
Amuse-toi bien parmi nous ;p

Avant de poursuivre votre visite sur le forum, sachez que "Welcome to London" est avant tout un forum RpG. Si vous souhaitez vous inscrire, parmi nous, il vous faudra savoir faire 15 lignes de RP complètes, et connaître les bases d'un forum. Si vous ne vous sentez pas capable ou que votre activité parmi nous sera médiocre, merci de PASSER VOTRE CHEMIN .

N'oubliez pas de consulter les règles ainsi que le contexte, pour une meilleure vision des choses sur le forum =)

Enjoy !
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


WELCOME LONDON ROUVRE SES JOLIES PETITES PORTES !
VOTEZ POUR LE FORUM ICI

Partagez | 
 

 Audrey K. Flint || UC.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Audrey K. Flint
avatar
Vieilles chaussettes



Mon avatar : Anja Rubik ; the best .
Mes messages : 62
Etude & Année d'étude : Economie
Emploi(s) : ?
Date d'inscription : 29/12/2009


MessageSujet: Audrey K. Flint || UC.   Mar 29 Déc - 17:22


« OF YOU CHARACTER WE KNOW »

* Nom & Prénom; Audrey Kendral Flint .
* Âge & Date de Naissance; vingt-cinq ans .
* Lieu de Naissance; Londre.
* Lieu d'habitation; Soho.
* Profession / Job; Assistante comptabilité en parralle des études.
* Loisirs; Fumer - Etudier - Jouer - Dormir - Séduire - Sortir
* Groupe; Etudiante en économie .

« TOUCH MY BODY »

* Parours;

Prologue.
J'ai eu un début de vie banal. Pas de traumatisme, rien, et je m'en porte bien. Mes parents, deux bourgeois insipides, m'ont élevé par devoir. J'ai des grands-parents, des oncles, un frère. Mon frère à pris la mauvaise voie avant moi. Je n'ai pas eu d'amour de jeunesse. Pendant dix-huit ans , j'ai été spectatrice. Puis j'ai perdu ma grand-mère et j'ai hérité, avant mon frère de la vieille maison.
Et tout à déraper.

Chapitre 1 ; Herbes.
Les oiseaux flottent.
Ce fut la première chose que je remarquais en arrivant à la campagne. Juste avant que Charlie passe devant moi. Pour la première fois depuis longtemps, il me souriait. Ses yeux étaient perdus, fixant un horizon qui n’existait pas vraiment. Les arbres formaient une barrière épaisse, infranchissable par la simple vue. Devant les chênes centenaires se tenait la maison de notre grand-mère. Rien n’avait changé. C’était tellement simple de se convaincre que la demeure était réellement habitée. Je me rapprochais de mon frère, tentant de sonder son âme. Il était figé. Moi j’étais juste là. Je ne ressentais rien, et ça ne me gênait pas. C’était ma routine.
Les oiseaux m’agaçaient. J’aurais voulu comprendre plus tôt qu’aucun oiseau ne volait. Ils ne battaient pas des ailes, ils se contentaient de sauter d’arbre en arbre, et d’y croire. Charlie était un oiseau. Il ne survolait pas la sphère professionnelle, il sautait de plus en plus haut en priant pour que ça marche. Il ne grandissait pas non plus. Charlie vieillissait. J’avais pitié.
- Bon, on entre ?
- La, il manque des fleurs, dit-il en pointant le petit parterre vide devant la maison.
- Et alors ? Elles ont sûrement fané.
- C’est la seule chose qui manque. Les tulipes. On pourrait en acheter.
- Hum… je ne sais pas jardiner.
- Si, tu sais.
- Bon. Je prends la voiture pour t’acheter tes bulbes et en échange tu t’occupes de monter les bagages et de faire le ménage.
Il ne répondit pas, se contentant de hisser mon lourd sac sur son dos. Je rentrais dans la voiture, un vieux 4x4 d’occasion, et ouvris le plan puis démarrais. Des bulbes de tulipe … pourquoi pas ? L’important c’est qu’il ne m’ait pas demander de faire pousser de l’herbe !
Charlie consommait ce qui lui passait sous la main depuis environ trois ans. Le goût prononcé pour la fumée, très présent dans la famille nous avait entraîné dans la mauvaise direction. Moi je clope en continu. Lui, il va joint sur joint, dans l’indifférence générale. A travers un épais voile de fumée, les plus gros problèmes ont l’air ridicules, parait-il …
Je conduisais nerveusement. Les routes de campagnes sont de potentiels champs de batailles. Ronces, bosses et creux sont mes ennemis. Enfin, le plan indique qu’au prochain virage je passe sur une grande autoroute. Je tente de retenir ma main alors que je passe les vitesses avec délectation. J’aime être seule. Les cinémas d’art et d’essai, désertés en fin d’après-midi, la plage en hiver, et les autoroutes vides sont mes refuges. La pépinière est à environ dix kilomètres. Faîtes que la route soit vide. Je suis si fatiguée.

- Mademoiselle ?
Une tête sans corps me regardait. La tête appartenait à un homme, et l’homme possédait un regard troublant. Il semblait soucieux. Mais pourquoi ? Et avant tout, que fait ce type face à moi ? J’avais envie de me rendormir, de fermer les yeux et de me reposer. Ou si ce n’était pas possible, j’apprécierais une cigarette. N’importe quoi pour ne pas voir ce visage absurde.
La tête était relié à un bras, bras possédant une main qui caressa ma peau, puis me tira, m’imbiba d’eau froide et finalement me laissa tranquille. J’étais éveillée. L’homme tête-bras avait un corps, glacé. Mais un détail restait aberrant. Il pleuvait dans l’habitacle du 4x4.
- Mademoiselle … Flint ?
- Rhaaa, fut le seul son que j’arrivais à sortir.
Ca y est. La cohérence était revenue. J’étais dehors et le 4x4 n’existait qu’en tant qu’épave. Une Ferrari d’un rouge brillant, qui semblait intacte, était garée dans un champ, écrasant les céréales qui poussaient là. Mon premier réflexe fut de vérifier la présence de mes jambes, hélas je voyais mal. Le jeune homme me tenait dans ses bras. Je vivais la parfaite scène catastrophe romantique. J’imaginais un caméraman invisible, en train de faire un zoom sur mon visage pour souligner le côté dramatique de la situation, puis arriverais les dialogues.
- J’ai froid.
- Oh, oui, pardon ! Vous serez mieux allongé dans ma voiture.
Pedro, décidai-je de l’appeler. Son accent caressait mes oreilles. La voiture de sport de Pedro était très confortable. Il m’assit et me scruta puis arrêta subitement, probablement gêné. Pitié, ne discutons pas assurances et compagnie.
- Tenez, j’ai récupéré vos papiers et le reste de vos affaires. Je vous ai percuté alors que je roulais trop vite, et vous rouliez aussi, dans le sens inverse …
- Et je me suis endormie au volant. J’ai dépassé la pépinière ?
- Eh bien non, j’en reviens.
- Vous avez des bulbes de tulipe ?
- Quoi ?
Pedro était choqué. Il remarqua que je tremblais légèrement et sembla hésiter avant de me passer son manteau. Peut-être étais-ce fou de s’inquiéter de botanique. Je devrais penser à Charlie. Charlie qui nettoie sans se douter de quoi que ce soit.
- Je n’ai que des bulbes de tulipes.
- Ecoutez, on n’est pas très attachés à la voiture. Je n’ai pas d’assurance. On peut oublier cet accident, j’ai juste besoin de belles tulipes. Ramenez moi chez moi.


Mes cigarettes me manquent. La maison sent la poussière et les vieux livres. Charlie semble très heureux. Il me tarde d’entrer à l’université. Bisous.
Voilà le contenu de la lettre que j’envoyais à mes parents, en cette troisième semaine de desintox forcée. J’avais envie de pleurer tant je m’ennuyais. Les oiseaux, la verdure, les tulipes, j’en avais fais le tour. Même les belles images des livres de ma grand-mère paraissaient ternes. Je me levais péniblement du sofa pour rejoindre Charlie à l’extérieur.
Je me forçais à entretenir des rapports amicaux avec lui alors qu’il m’agaçait, à s’épanouir de jour en jour. En me voyant, Charlie eut un sourire carnassier, totalement réjoui par mon apparent malheur, mais eu la gentillesse d’entamer la conversation.
- Tu vas bien ?
- Relativement bien.
- Menteuse.
Silence gêné. Mon frère sortait son numéro de charme, celui réservé d’habitude aux situations extrêmement tendues. Il souriait et surtout, cherchait à capter mon regard. Je me mordais la lèvre, incapable de répondre par des mots.
- Charlie… murmurai-je.
- Viens par là.
Il m’attira derrière la maison. Des cagettes s’entassaient en une pile pour le moins impressionnante. Je le regardais, sortir un sachet caché de nulle part. La substance était facilement reconnaissable. Ainsi, ce n’était pas un surhomme. C’était juste Charlie le drogué qui s’était bien moqué de moi. Nous nous toisâmes quelques secondes, avant d’éclater de rire.
- Tu conduis ?
- Hein ?
- Allez, je t’emmène en ville. On va acheter des cigares.
- Des vrais ?!
J’adorais les cigares encore plus que les cigarettes. La voiture de location prenait l’apparence d’une navette pour le paradis, soudainement…

Chapitre 2 ; Fleur.

Un an passe si vite. J’étais incapable de me souvenir de quoi que ce soit, ci ce n’est mes cours d’économie. Je n’étais pas tombé amoureuse, ni malade. Je n’avais rien découvert de nouveau, neuf, incroyable. Charlie non plus, apparemment. Nous étions de retour dans la maison de grand-mère. Les tulipes avaient survécu à neuf long mois sans nous. Ce n’était pas le cas de la maison. Mon frère avait improvisé une cabane dans la forêt, pour lui. Moi je refusais catégoriquement de sortir de la voiture, une Audi miniature. Je pleurais comme une fontaine quand Charlie tapa sur la vitre. J’appuyais au hasard sur un bouton, et miraculeusement, la vitre descendit.
- Je peux rentrer ?
- Alors je pose mes jambes sur tes genoux.
Il eut un regard réprobateur, et s’installa sur le siège du conducteur. Il se mentait ; la seule à avoir le permis ici c’était moi. Le sien lui avait été retiré pendant les fêtes. Charlie souleva lentement mes jambes, les chatouillant par la même occasion. J’attendais qu’il me réconforte. Quelle idiote…
- Tu es forte en économie ?
- Quoi ? dis-je, surprise, en arrêtant de sangloter.
- J’ai besoin d’aide.
- Tu es déficitaire ? l’interrogeai-je, flairant le piège.
- Je n’en sais rien ! En fait j’habite en colocation et je ne comprends pas ce que je dois payer. On ne demande des trucs…
- Je peux mettre certaine chose à plat si tu m’amènes la paperasse.
- Tiens.
La boite à gant débordait de feuillets méconnaissables. J’étais agacée qu’il me demande ça aujourd’hui. Un courrier et je lui réglais ça facilement. J’avais eu deux trois présentations à faire cette année et s’aurait été un exemple parfait. Mais enfin.
- On prend une chambre à l’hôtel, à mon compte et je te règle ça. Je supporte plus de regarder les restes de cette maison.
Je repérais sous une facture d’électricité une boite d’aspirine. Il n’était pas si bête finalement.

- J’ai la tête qui tourne.
- C’est normal.
- Mais ça va être ton tour.
La nuit s’était mal passée. J’étais passé de la surprise à la peur, de la peur à l’effroi et de l’effroi à la tristesse. Charlie était resté à côté de moi, très sérieux, s’éclipsant juste pour commander les petits déjeuners. On nous les apporterait d’une seconde à l’autre. En attendant j’avais une mauvaise nouvelle à annoncer à mon frère. Mes ongles tentaient de rayer la petite commode en marbre sur lesquels un an de dépenses s’étalait. J’étouffais un cri de rage. Je n’étais pas maman, je ne craquerais pas. Angoissée, je posais mes mains sur ses épaules et le regardais droit dans les yeux.
- Je ne comprends pas comment tu en es arrivé là. Je ne sais pas. Une énigme, un mystère, appelle ça comme tu veux. Tout ça pour dire que tu n’as pas de colocataires pauvre con ! Tu es selon la loi le seul propriétaire de ton appartement ! Comment peut-on être si bête ?! Arnaqué ! Tu es déficitaire, mais on va doucement vers le surendettement avec de telles habitudes. Tu dois vendre quitter cet appartement au plus vite et rejoindre un taudis. C’est la seule chose dans tes moyens. Quand à la fumée … la fumée, tu n’en sentiras plus l’odeur dans peu de temps ! Charmant ce dealer qui donne des factures. Je vais être obligée de le rencontrer. De rencontrer tout le monde.
- Ce n’est pas si grave.
Je poussais de toutes mes forces, le repoussant. Sa tête toucha les pieds du lit. Je ne le relevais pas. Il n’allait pas mal. J’étais dans la posture d’une combattante. Je faisais face à la bêtise affligeante d’un drogué.
- Tu es a 6000 de déficit.
- Tu t’es trompée.
- NON, JE NE ME TROMPE PAS !
Je lui donnais un violent coup de pied. J’étais en colère. J’allais gifler Charlie quand la porte s’ouvrit sur l’employée chargée de nous apporter nos déjeuner. C’était une jeune femme aux longs cheveux bruns, avec d’immenses yeux bleus. Elle eut un mouvement de recul en apercevant mon frère. Je lui arrachais le plateau de Charlie des mains, le déposant sur ses jambes.
- Mademoiselle, vous pouvez me montrer… le toit de l’hôtel ?
- Suivez moi.
Je refermais la porte, croisant les doigts pour ne plus revoir cette loque avant longtemps.
- Je vous dois un café .

Fleur sentait le muguet et le savon désinfectant. Elle travaillait depuis trois mois dans cet hôtel, avait finis ses études dans le domaine de l’art et buvait son café doucement, en me fixant. Moi, Audrey, avait l’odeur de la fumée de cigarette, commençait à étudier l’économie et faisait des petits travaux de comptabilités pour rester dans le vert. Le café mourrait à petit feu, perdait sa chaleur, puis sa saveur, sa couleur. Je buvais les paroles de la douce personne face à moi. Les gens tournaient autour de nous, n’existaient plus, disparaissaient et emmenaient nos déchets avec eux. Je deviens folle, mon esprit danse avec celui de Fleur. L’économie n’a plus lieu d’être. Je ne rêve plus, je savoure des minutes magnifiques, éternelles, contrastant avec l’horreur de mon passé. Mon corps réclame son attention, mes cheveux s’échappent de mon chignon pour caresser mon visage, me maintenant dans cette réalité plus belle, qui sent les prairies et les œillets fleuris. Nous sommes deux malades mentales, des autistes.
Coup de foudre.
- Je t’aime.
Les mots dépassèrent ma pensée. Ils s’étaient lancés, et avaient survolé tout les barrages pour franchir mes lèvres.
- Partons.
Que rien ne gâche ma grande histoire d’amour. Je n’ai pas de famille. Je l’ai. C’était très prétentieux de prendre n’aimer que les hommes. Fleur valait mille fois le meilleur d’entre eux.
- Je vais récupérer tes affaires ?
- D’accord. Je prépare ma voiture.
- L’Audi bleu ?
- Oui…
- C’était ma préférée de tout le parking.

Chapitre 3; Herbicide.
- Je ne t'aime pas.
Le plat de lasagne si durement préparé tomba de mes mains. Ma belle relation durait depuis trois ans et j'avais l'intime conviction de vivre la part de bonheur qui me revenait. Mon parasite de frère avait disparu dans le brouillard, gentillement. Les études d'économie se déroulaient sans heurt. Je nageais dans un océan de bons sentiments sucrés et étonnament, j'appréciais. Jusqu'à cette phrase.
La bouillie rouge sur mes chaussons, comme du faux sang de cinema, m'attristait. Dans le grand film de la vie de Fleur, elle venait de m'assassiner. En bon cadavre je me suis assise par terre, et j'ai vidé mon esprit. On m'avait prévenu, petite, de me méfier des émotions trop aléatoires des femmes. Mais personne ne s'attend à passer du bonheur au malheur, bien que ce soit très logique. A quoi sert une phase de transition dans ce genre de situations?
Les oiseaux flottent, et parfois tombent car ils ont visés trop haut. Les mots de mon ancienne compagne arrivaient peu à peu à mon cerveau.
- Erica, une amie, m'hébergera. Je te laisse l'appart', les bijoux les cadeaux et l'exclusivité sur nos amis communs mais n'oublie pas que malgrès tout, je ne t'aime pas. J'ai toujours détesté les légumes.
Logique. Pardonne moi Fleur, pardonne mon coeur de n'ête qu'une suite d'émotions binaires, pardonne moi de t'avoir enfermé. Je me sens sombrer. Je fais face aux gonds de la porte. Je me demande quel est le volume de la poigné de porte. Je calcule.
- Relève toi. Tu n'es pas en fin de vie.
Pof! La main parfaite de la femme parfaite posa ses doigts sur la poignée au volume si dur à calculer. J'avais soif. Je me relevais, et soudain il m'apparu que j'étais grande, beaucoup trop grande pour ces comptoirs, ces tables basses et des fauteuils mous. Je m'étais recroquevillée pendant trois ans pour aller caresser les paquerettes et les muguets d'une charmante prairie, mais tout était fané désormais. La tête haute , j'entrais dans la chambre, aggripais mon téléphone et commencait à composer, fébrile, les plus prestigieux numéros de mon répertoire.

Je me retrouvais propulsée quelques heures plus tard dans une soirée à but charitatif, ou des pontes de la finances agitaient des cigares, des femmes séduisaient mécaniquement et ou moi, je tissais des liens. On ne devinait rien de ce qui s'était passé il y a moins de trois heures. Qu'il en soit ainsi... Carpe Diem.


Chapitre 4 ; Dead line.

Mon examen de fin d'anné est fini. Plus qu'un an et je réalise mon rêve. Tiens bon.
J'ai de nouveaux amis, de nouveaux succès, et je monte. Quand je sortirais du système universitaire, j'ai un bel emploi qui m'attend. Rien ne peut me faire tomber. Plus maintenant.
Je triture mon téléphone. Il est désespérement vide, pas de message, rien.
Les invitations sur ma commode ne m'excitent pas. Je suis en vacance en plus, et je n'ai rien à réviser.
Faite que ce truc sonne!
Toulouloulou...
Et le téléphone, sur mon ordre, sonna. Je souriais. Il était 22h , le début des bonnes soirées. Personne d'occupé ne m'appele. Alors qui? Le petit bruit se fait insistant. Presque paniqué.
- Audrey Flint, j'écoute?
- Aud... aud...
Un pincement dans le coeur. Je reconnais la voix. Je reconnais la voix paniqué de mon frère et j'ai peur. Je suis aussi énervée.
- Charlie, t'as trois minute et je décroche.
- Dope. Le Hell. Sauve moi.
Je raccrochais, mal à l'aise. Irai-je sauver mon frère? On ne se reparlait qu'aujourd'hui. Peu importe au final. C'est mon frère.

Il est une heure du matin et j'ai sauvé mon frère. Je vais aussi sauver ses finances. Il va habiter avec moi. Je tente de me convaincre. Il m'a demander ça , alors qu'il respirait mal, se sentait mal, et il m'a fait du mal. Le cadavre laissé dans la chambre d'hotel me revient en pleine face. J'installe Charlie sur le canapé. Je ne le forcerais à rien...
L'année sera longue!
* Description Morale;
Insensible. Du moins en apparence. Je suis capable de ne rien ressentir, de regarder une scène poignante et de rester là. Je suis souvent absente, en veille, appelez ça comme vous voulez… Je n’aime pas usez ma concentration pour rien. Il parait que je suis très hautaine, à ne pas vouloir faire tout ce qu’on me demande. J’ai une face sérieuse, femme d’affaire, j’aime me transformer en cette personne parfaite que je ne suis pas. Je joue avec mon image. Froide et séductrice. Très égoïste également, mais ça je ne simule pas. L’enrichissement par le biais des autres je n’y crois pas. Je suis potentiellement votre pire ennemie, la plus vindicative et dangereuse. J’aime mentir.
Non, c’est faux. Je mens car j’ai peur des autres, peur du commentaire assassin. Mon cœur lâche au moindre échec. Les autres sont des menaces et je suis seule. Je vise l’excellence, et si je tombe, je meure. Je suis nerveuse … L’amour m’attire mais je n’attire pas l’amour. Je pleure presque autant que j’envoie de piques aux autres.
J’ai des phobies. Je me bloque face à des objets, des goûts, des odeurs.
Je vais mal en permanence, je suis malheureuse et je m’épanouie dans mon malheur.
* Description Physique;
Il parait que je suis un glaçon. Je suis immense, plus grande que certains hommes avec une peau de porcelaine. On ne bronze pas dans l’ombre des buildings … J’ai également les yeux bleu, étonnant non ? Pourtant dans ces deux petites fentes sont purement décoratives. Les émotions ne viennent plus déformer mon visage depuis longtemps. Ma face impassible ne vous transmettra rien. Au pire vous vous souviendrez de mes cheveux … Blonds comme les blés, je porte ma couleur naturelle, enfin je m’y suis remise … Avant j’étais une fausse brune. Ca allait formidablement bien avec mes lunettes carrées. Oui, je porte des lunettes ! Mettons les choses au clair, j’y vois formidablement bien, seulement c’est du plus mauvais goût de lire un contrat ou une facture sans rien sur son nez. J’attache beaucoup d’importance aux apparences. Les vêtements, les parfums travaillent pour moi, mon image se doit d’être parfaite. J’ai un port de reine, de la grâce et quand je marche, je regarde droit devant moi je prend les marches automatiquement. On pourrait poser un dictionnaire sur ma tête sans qu’il tombe. Je m’habille chic. Toujours en robe ou en jupe et dans la même gamme : violet, bleu, noir et crème. Je déteste le rose, c’est pourquoi en toute logique je ne porte que du rouge à lèvre rouge ! Enfin c’est un détail … mais le plus petits détails sont les plus importants. Par exemple, j’ai délibérément omis de parler de mes mains. J’ai un rapport particulier à cette partie de moi. Je parle un double langage : avec des sons, d’une voix dure, et avec les mains en caressant l’air et l’espace. Je ne peux pas retenir mes mains ; je ne peux pas retenir mes émotions .

« YOUR TASTES »


* Plat préféré; Salade.
* Boisson préférée; Limonade.
* Livre préférée; Le vieil homme et la mer ; E.Hemingway
* Musique préférée; La techno-house. No rythmn, no problem.
* Couleur préférée; Le gris fumé. Celui un peu transparent, qui fait disparaitre les buildings sous un voile de mystère, celui de la cigarette qui finit de se consummer .
* Parfum de Glace préféré; Menthe poivrée.
* Odeur préférée; L'odeur de la fumée, fatalement.
* Endroit préféré; Les parcs.
* Saison préférée; L'automne ou l'on recommence à travailler dans une ambiance morbide.
* Lieu de vacances préféré; Je ne prend jamais de vacances agréables. L'endroit le moins oppressant ou je sois allé , c'est le cottage de ma grand-mère.
* Pays préféré; L'Italie. J'ai l'impression que c'est le seul pays ou je me dévergonde.

« « ANSWERS SOME QUESTiONS » »

* Si vous pouviez changer une chose;
* Votre plus grand rêve;
* L'instant parfait;
* Le plus beau jour de votre vie;

« JUST TALK »

* Où avez-vous trouvez le forum ?; Partenariat .
* Double compte ?; Non.
* Exemple de poste;
Spoiler:
 
* Autres; Ancienne G. Fenton .

« WHO I AM REALY »

* Âge; 1x
* Prénom; Alice .
* Fille / Garçon ?; Fille .
* Votre niveau Rp; de 5 à 7/10 .
* Avatar; Anja Rubik
* Code;
Spoiler:
 



Dernière édition par Audrey K. Flint le Mer 6 Jan - 14:27, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Audrey K. Flint
avatar
Vieilles chaussettes



Mon avatar : Anja Rubik ; the best .
Mes messages : 62
Etude & Année d'étude : Economie
Emploi(s) : ?
Date d'inscription : 29/12/2009


MessageSujet: Re: Audrey K. Flint || UC.   Mar 29 Déc - 17:27

reserve ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winter Ashford
avatar
Canard en plasitque



Mon avatar : Miranda Kerr.
Mes messages : 276
Date de naissance : 23
Localisation : Quartier Oxford.
Mon âge : Perspicace
Etude & Année d'étude : aucune
Emploi(s) : Serveuse dans un bar.

Date d'inscription : 13/12/2009


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : O u v e r t s

MessageSujet: Re: Audrey K. Flint || UC.   Mar 29 Déc - 18:34

Ohh, mais je connaissais pas cette célébrité moi oO'
Bref, elle est très jolie quand même xD
Bienvenue ici et conne continuation pour ta fiche. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn J. Stills
avatar
    Petit(e) Prince(sse)



Mon avatar : Ashley Greene
Mes messages : 3762
Date de naissance : 28
Etude & Année d'étude : Ah parce qu'il faut faire des études pour enfiler des tenues de luxe et marcher droit sur un podium ? Bon bah tant pis on fera sans.
Emploi(s) : Mannequin ; rêve d'être actrice.
Date d'inscription : 31/01/2009


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : F e r m é s

MessageSujet: Re: Audrey K. Flint || UC.   Mar 29 Déc - 23:30

    GRACE !!!
    Re-bienvenue (:



    * Je te déteste, Audrey ... Marilyn ... Audrey ... Marilyn ... AUDREY SANS HESITER . Je plaisante bien sur ! *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Josh H. Evans
avatar
A D M I N S ;


Mon avatar : Josh Hartnett
Mes messages : 2742
Mon âge : 26 ans
Etude & Année d'étude : terminée, basta
Emploi(s) : Garagiste
Date d'inscription : 15/11/2008


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: Audrey K. Flint || UC.   Mer 30 Déc - 1:07

Oh Grace Very Happy
Content de te revoir parmi nous :frimou:
Bonne continuation pour ta fiche !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily G. Dawson
avatar
A D M I N S ;


Mon avatar : Keira Knightley
Mes messages : 6409
Date de naissance : 31
Localisation : London
Mon âge : 22 ans
Etude & Année d'étude : Etudiante
Emploi(s) : Barman
Date d'inscription : 15/11/2008


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : O u v e r t s

MessageSujet: Re: Audrey K. Flint || UC.   Mer 30 Déc - 1:52

Grace :helloups:
Re bienvenue ! Bonne chance pour la suite Wink


    ABSENTE .
    « - IL Y A QUATRRE CHOSES QUE TU
    NE M'AS PAS DEMANDE DE FAIRE,
    QUE JE REGRETTE ET J'AURAIS ETE CAP...
    - GENRE ?
    - MNGER DES FOURMIS, INSULTER LES CHOMEURS QUI
    SORTENT DE L'ANPE... T'AIMER COMME UN FOU.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcome-london.forum-actif.net
Audrey K. Flint
avatar
Vieilles chaussettes



Mon avatar : Anja Rubik ; the best .
Mes messages : 62
Etude & Année d'étude : Economie
Emploi(s) : ?
Date d'inscription : 29/12/2009


MessageSujet: Re: Audrey K. Flint || UC.   Mer 6 Jan - 14:28

Finis. J'ai baclé, j'en ai eu marre de patauger x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Josh H. Evans
avatar
A D M I N S ;


Mon avatar : Josh Hartnett
Mes messages : 2742
Mon âge : 26 ans
Etude & Année d'étude : terminée, basta
Emploi(s) : Garagiste
Date d'inscription : 15/11/2008


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: Audrey K. Flint || UC.   Mer 6 Jan - 16:17

Étudiante en économie, c'est rare ^^
Tout est parfait ! Jolie exemple de poste !
validé


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Audrey K. Flint || UC.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Audrey K. Flint || UC.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WELCOME LONDON  :: g e s t i o n :: Dossiers de présentation :: Acceptés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit