WELCOME LONDON
Hey bienvenue sur le forum " Welcome to London " =)
Amuse-toi bien parmi nous ;p

Avant de poursuivre votre visite sur le forum, sachez que "Welcome to London" est avant tout un forum RpG. Si vous souhaitez vous inscrire, parmi nous, il vous faudra savoir faire 15 lignes de RP complètes, et connaître les bases d'un forum. Si vous ne vous sentez pas capable ou que votre activité parmi nous sera médiocre, merci de PASSER VOTRE CHEMIN .

N'oubliez pas de consulter les règles ainsi que le contexte, pour une meilleure vision des choses sur le forum =)

Enjoy !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
WELCOME LONDON ROUVRE SES JOLIES PETITES PORTES !
VOTEZ POUR LE FORUM ICI

Partagez | 
 

 HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hermès O. Bradford
avatar
Oeuf à la coque



Mon avatar : Kristen Stewart
Mes messages : 33
Etude & Année d'étude : Elle étudie en candidat libre en musique, 4eme année
Emploi(s) : Elle est serveuse dans un bar
Date d'inscription : 04/07/2010


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant   Dim 4 Juil - 16:54

HERMES OCEANE BRADFORD



CHAPTER I
NOM : Bradford
PRENOM : Hermès comme la marque, Océane comme la petite sirène
ÂGE : 24 ans
LOCALISATION : Américaine émigrante en Angleterre
DATE DE NAISSANCE : 24 Décembre
LIEU DE NAISSANCE : Chicago, Etats Unis, Amérique du Nord
METIER/JOB : Serveuse dans un bar et étudiante
ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuelle

CHAPTER II
PLAT PREFERE : Les lasagnes
BOISSON PREFEREE : Le Coca au whisky ou plus communément appelé Whisky Coca par le commun des mortels
LIVRE PREFERE : Bel Ami, Maupassant
MUSIQUE PREFEREE : Rock and Roll's Baby
COULEUR PREFEREE : Le noir, même si par définition ce n'est pas une couleur
PARFUM DE GLACE PREFERE : Moka nappé de chocolat fondu
ODEUR PREFEREE : Celle de son ancien amant
ENDROIT PREFERE : Le London Bridge
SAISON PREFEREE : L'Automne
LIEU DE VACANCES PREFERE : Elle n'est jamais parti en vacances
PAYS PREFERE : L'Angleterre, patrie des Beattles
VILLE PREFEREE : Londres

CHAPTER III
DEscriptION PSYCHOLOGIQUE : Hermès n’est pas le genre de jeune femme qu’il est facile de comprendre. Sa personnalité est très complexe, elle semble forte et dure et pourtant c’est une jeune femme meurtrie et sensible, les apparences sont avec elle bien trompeuse. Blessée par la vie et les Hommes Hermès ne fait confiance qu’à une poignée d’élus trié sur le volet, secrète et introvertie elle va rarement vers les autres sauf s’il s’agit de sexe, là elle sait y faire. Bisexuelle au look très Rock & Roll elle fait fureur sur le campus. On pense qu’elle étudie en candidat libre car elle a décroché un contrat avec un label alors qu’elle n’a simplement pas les moyens de se payer une année d’étude à l’Université ! Elle se donne un genre qui empêche certain de l’aborder, sous sa carapace de froideur se cache un cœur tendre et blessée, elle ne sait plus comment s’y prendre avec les gens par peur d’être rejeter ou malmené, une chose est sur il n’y a pas plus responsable et ironique qu’elle. Elle dégage une aura qui attire le regard alors qu’elle souhaiterait parfois disparaitre. Bagarreuse et volontaire elle sait qu’elle arrivera à exhausser le dernier souhait d’Alexander, elle deviendra quelqu’un qu’importe ce qui lui en coutera.

Charismatique ▪ introvertie ▪ drôle ▪ déterminée ▪ têtue ▪ blessée ▪ renfermée ▪ responsable ▪ secrète ▪ peu bavarde ▪ curieuse ▪ solitaire ▪ incomprise ▪ forte

PARCOURS :
Jeanne Lebrun était une ancienne institutrice, à le retraite depuis une vingtaine d'année, elle se rendait utile en s'occupant des enfants de l'immeuble dans lequel elle s'était installée à la fin de sa carrière. Elle avait passé toute sa vie à s'occuper des enfants des autres aussi semblait-il étrange qu'elle n'en eut pas eut assez des cris, des couches sales, des blessures et des chagrins mais non, Jeanne était de ces femmes qui s'étaient dévouées toute leur vie aux autres, jusqu'a en négliger leur vie. Elle était et avait toujours vécut seule, sa vie c'était les enfants. Aujourd'hui n'était pas une journée de garde comme les autres, aujourd'hui la tristesse et la douleur imprégnait les murs de l'appartement, rendant difficile de rester dans le logement. Elle s'était habillé de noir même si elle savait qu'elle ne sortirait pas de la chambre de l'enfant. Elle berçait le petit bout de chou qui s'époumonait entre ses bras tandis qu'au salon des dizaines de personnes soutenaient la veuve éplorée qui tentait de se remettre du choc de la perte de son mari. Aujourd'hui, on enterrait Edward Bradford. Jeanne Lebrun avait fait la connaissance d'Edward et d'Eleanor peut après que les jeunes gens se soit installés dans leur appartement, un couple qui s'était marié par convenance lorsqu'elle était tombée enceinte par accident. Edward s'était suicidé alors que sa fille allait avoir six mois. Trois jours plutôt dans ce même appartement alors qu'il avait la charge de son enfant le temps pour Eleanor de faire des courses, Edward s'était pendu. Jeanne avait toujours su qu'il ne saurait pas un père digne de ce nom dès qu'ils étaient revenus de la maternité. Il était trop jeune et trop instable, elle désirait garder la petite et l'élever, lui n'aspirait qu’à sortir et à vivre. Trop différents ils s'étaient mariés parce qu'elle ne pouvait pas avoir un enfant sans qu'il ait de père. Mais une fois l'enfant sortit du ventre de sa mère... Depuis la naissance de la petite le couple se déchirait, ce qui était on ne peut plus prévisible. Ils étaient jeunes et Edward n'avait épousé la jeune femme que pour éviter de se faire tuer par son père. Avec l'arrivée d'Hermès les choses s'étaient dégradées très rapidement, Edward étouffait, tensions, disputes régnaient sous leur toit. Lorsqu'un matin elle avait aperçut Eleanor la bouche congestionnée et les yeux rouges elle avait comprit que ce n'était plus qu'une question de temps. Elle n'aurait jamais pensé cependant qu'Edward se suiciderait. Il était lâche, mais pas à ce point. Berçant la petite plus doucement contre sa poitrine la vieille femme se demanda ce qui avait poussé cet homme à se tuer plutôt qu'a faire sa valise et à claquer la porte. Peut être avait-il honte du monstre qu'il était devenu, il avait levé la main sur une femme, ce n'était pas rien. On ne le serrait jamais, il n’avait laissé ni lettre, ni message. Rien que des non dits et des silences. Deux coups discrets à la porte la firent sursautée, Eleanor Billings épouse Bradford se glissa doucement dans la pièce et referma la porte sur elle. Ses yeux étaient rouges d'avoir trop pleuré. Jeanne savait que la jeune femme avait aimé Edward et sa peine lui rongeait le cœur, elle compatissait à sa douleur en se demandant ce qui poussait une femme à rester avec un homme qui ne l'aimait pas et la battait. Elle méritait tellement mieux. Hermès méritait mieux.

« Elle s'est endormit » Lui apprit doucement l'institutrice en déposant l'enfant dans son berceau. Ses genoux la firent souffrirent lorsqu'elle quitta le fauteuil a bascule pour le déposer dans son lit. Elle ne se réveilla pas. Eleanor la rejoint près du berceau et posa sa main sur celle de Jeanne.

« Jeanne... Il faut que vous me promettiez quelque chose. » Lui souffla Eleanor en essuyant ses yeux.

« Bien sur ma grande, tout ce que tu voudras. »

« Il ne faudra jamais lui dire qui était vraiment son père... » La vie d'Hermès avait ainsi commencé, sur un mensonge.

[…]

« Maman ? » Hermès devait avoir cinq ans lorsque cette scène se déroula. Assit à la table de formica il regardait sa mère se préparer, elle étalait son rouge à lèvres en se servant du reflet que lui renvoyait la gazinière et ébouriffait ses cheveux pour leurs donner du volume. Une jeune maman qui exerçait deux travails pour joindre les deux bouts et payer à sa fille une vie meilleure que la sienne.
« Oui ma chérie ? Tu reveux encore des céréales ? » S’inquiéta la jeune maman en se penchant à hauteur de son enfant. Elle lui sourit, un peu de rouge a lèvre colorait une de ses dents.
« C’est qui le Monsieur à la télé ? » Demanda la jeune fille en pointant son doigt vers le petit téléviseur posé au dessus du réfrigérateur.
« C’est le président mon chéri pourquoi ? » Pour une enfant de cinq ans à peine Hermès était très éveillée, curieuse de tout, des pourquoi et des comment pleins la bouche. A l’école elle était la meilleure de sa classe et avait déjà sauté un niveau faisant la fierté de sa mère.
« Maman ? »
« Oui ma chérie ? »
« Est-ce que le président il a un papa ?! »
Lâcha t-elle en pointant du doigt une nouvelle fois le téléviseur les yeux brillants.
« Je suppose » Répondit évasivement la jeune femme sentant venir la question.
« Et moi, il est où mon papa ? »

La jeune mère tenta de masquer son chagrin en se détournant. Elle lui ordonna de manger ses céréales sinon ils serraient en retard à l’école évitant de répondre à sa question. Elle était seule depuis le décès de son mari, elle n’avait pas eut de rendez vous depuis sa rencontre avec son mari, en ignorant la question de sa fille elle n’était pas obligé de lui raconter des mensonges. Elle détestait lui mentir, parce qu’ils étaient très proche, qu’elle était toute sa vie et qu’elle était aussi à fleur de peau qu’elle. Elle savait qu’Hermès souffrait de l’absence d’un père, qu’elle était montré du doigt à l’école pour cette anomalie parentale. Elle pensait qu’elle n’en souffrait pas, elle l’avait elle après tout, sa mère. Mais justement c’était cette autarcie dans leur rapport, cette fusion entre eux qui causerait leur perte…

[…]

La main se leva, instinctivement elle chercha à l’éviter mais elle savait qu’elle ne pourrait pas fuir, ses jambes refusaient de bouger, sa mère assistait à la scène témoin impuissant dont la lèvre éclatée rependait son sang sur le sol. Hermès se recroquevilla lorsque le coup l’atteignit en plein ventre. Elle s’écroula au sol, ses mains se crispèrent autour de son torse, essayant d’empêcher la douleur de se répandre dans son corps, mais il était trop tard. La blessure dont elle souffrait était à la fois physique et mentale. Comment avait il put en arriver là ? Comment avait il put en arriver là ? Comment ? Comment ? Comment ? Hermès n’en avait aucune idée, c’était arrivé si vite que même maintenant elle ne savait comment cela s’était produit. Tout ce qu'elle savait c’était qu’elle devait se relever et encaissés, voila ce qu’elle devait faire, encaisser jusqu'à ce qu’il se lasse. Voila ce qu’elle se répéta jusqu'à ce qu’elle arrive à se redresser et à défier Paul du regard. Hermès avait tout juste 13 ans, Paul en avait 44, Hermès pesait 45 kilos toute mouillée, Paul 93, la comparaison ne se soutenait pas. Paul avait le dessus, et ils le savaient tout les deux. Hermès se rappelait encore sa rencontre avec l’homme qui allait devenir son bourreau. Cela faisait bientôt 10 ans que son père était mort lorsque sa mère avait recommencé à sortir, à vouloir faire des rencontres. Quelques semaines après, elle avait vu sa mère sourire de nouveau, et elle avait ressentit un pincement de jalousie dans son cœur, mais, elle méritait le bonheur. Elle s’absentait le soir et ne rentrait que très tard dans la nuit. Elle ne disait rien, elle avait à peine treize ans, que pouvait-elle dire ? Ce n'était qu'un petit ami de passage après tout. Elle ne se doutait pas que tout irait aussi vite. Et qu'elle ne supporterait pas de la voir avec un autre homme. Peut être avait-elle sentit ce soir là que cet homme était malsain, mauvais, peut être. Ou peut être était-elle simplement incapable de laisser sa mère à un autre. Elle n'avait soudainement plus supporté de voir sa mère avec un autre homme que son père lorsque tout s'était accéléré. Un soir sa mères l'emmena au restaurant, c’est là que Hermès avait vu Paul pour la première fois, il lui avait sourit, il avait sentit la main de sa mère serrer la sienne. Plus Hermès s'approchait plus le malaise grandissait en elle. Un sentiment étrange mêlant jalousie et instinct. Le soir même sa mère lui apprenait que Paul s'installait avec eux dans le même appartement qu'elles avaient toujours partagées toutes les deux. C'était à cette époque qu’Hermès s'était transformé. Elle était devenue plus froide, jalouse, colérique, et très protectrice avec sa mère, elle ne supportait pas de la voir avec cet homme, elle ne supportait pas de voir Paul dans leur appartement. Elle ne supportait plus rien. Ses notes avaient commencés à chutées, et sa colère allait en grandissant. Les confrontations avec Paul et sa mère étaient quotidiennes. Le malaise était profond et le contact entre la fille et sa mère se perdait. Lorsqu'ils avaient annoncés leur mariage Hermès s'était braquée, elle avait refusé de s'impliquer, arguant qu'un mariage après seulement trois mois ensembles s'était trop rapide. Tout allait trop vite, tout arrivait trop tôt. Elle perdait tous ses repères. Elle était trop intelligente et se rassurait par des rituels. Elle avait besoin de temps pour s'acclimater, mais on ne lui en avait pas donné. La musique avait alors été sa thérapie. Son moyen d'exorciser tout ce malaise en elle. Cette colère de voir sa mère heureuse, sa mère qui se moquait de sa souffrance tant qu'elle se faisait sauter par cet immonde porc dont les mains s'étaient parfois attardées sur son corps de jeune adolescente. Ce remariage rendait pourtant tellement heureuse sa mère... Tout allait si bien entre eux si on exceptait le cas Hermès. Jusqu'a ce que Paul perde son emploi. L'alcool rend fou la plus part des hommes. Tout avait commencé deux mois après le remariage de sa mère. Il l'avait giflé un soir au diner alors qu'elle avait renversé sa bière, les disputes avaient commencés entre le couple et Hermès n'en était devenue que plus insolante et que plus agressive avec le nouveau mari de sa mère parce qu'elle voulait la protéger. Elle avait affirmé que tout allait bien qu'elle ne devait pas s'en mêler, que Paul traversait une mauvaise passe. Elle n'en avait été que plus violente, plus agressive avec Paul, cherchant inconsciemment à prendre à sa place... Et Paul avait finit par craquer. Ce soir là. Un mot de trop et la fureur de Paul avait explosée. La première gifle avait cueillit Hermès sous la joue, la laissant sonnée sur le sol et lui arrachant un cri. Paul allait la frapper de nouveau lorsque la voix de sa mère retentit au dessus de lui. Hermès avait levé le poing et frappa alors que sa mère criait.

« Hermès non ! »

Elle avait descendu les escaliers en courant, notant rapidement la situation de sa fille, elle ne s’interposa pas entre Hermès et Paul, elle ne réagit pas alors que son mari battit sa fille. La claque de Paul fit éclater sa lèvre et l’envoya rouler plus loin. Elle lassait sa fille endosser des responsabilités qui étaient trop lourde pour une enfante de son âge, elle était prête à se sacrifier pour sa famille. Combien de temps dura l'affrontement ? Une dizaine de minutes qui lui parurent des heures et lorsque Paul fut sure que Hermès avait comprit qui était le plus fort il lui tourna le dos, attrapant Eleanor par la taille il l'entraina à l'étage. Sa mère ne se retourna pas. Elle ne la regarda pas. Comme si Hermès avait eut ce qu'elle méritait. Cette nuit là, Hermès décida de tout quitter. Cette maison, sa mère, son beau père. Elle fuyait pour oublier que face à l'amour qu'elle portait à un homme le lien viscéral entre la mère et sa fille s'était effacé. Elle était seule maintenant. Avec pour seule bagage sa guitare et ses premiers pas dans le monde des adultes.

[…]

Ses pieds nues battaient le pavé au rythme de ses longues et puissantes foulées, elle se sentait faible. Elle tentait de chasser la douleur de son esprit, la douleur aussi bien physique que psychologique, elle saignait, ses lèvres éclatées déversaient un goût de rouille dans sa bouche. Elle n'arrivait pas à effacer la vision de sa mère lui tournant le dos. Alors elle courrait, pied nues sur l'asphalte. Ses pieds meurtris par une course sur le béton du trottoir lui demandaient grâce, mais elle ne lui restait que quelques mètres à faire pour entrer dans ce quartier malfamé, celui où l'on pouvait disparaitre à tout jamais. Plus que quelques mètres. Elle savait que la vie serrait dure, elle savait qu'elle perdrait tout repère mais mieux valait être seule que mal accompagnée mieux valait vivre sans rien que compter sur quelqu'un. Seuls les plus forts survivaient. Elle était forte. Elle savait qu'elle aurait des sacrifices à faire, qu'elle ferrait des choses qu'elle n'aurait jamais pensé faire. La vie serait rude, le confort disparaitrait, il ferrait froid, il aurait faim, elle vivrait surement moins longtemps mais ce n'était pas grave. Elle ressentait dans tout son corps l'appel de la rue. Elle avait besoin de ça. De se marginaliser jusqu'au bout. D'assumer sa différence plus encore. Elle voulait découvrir un nouveau monde. Elle voulait recréer sa famille. Ce serait dur. Mais elle y arriverait. Son seul bien serait cette guitare qui battait son flanc au moindre de ses pas. Elle n'avait pas besoin d'une mère, d'un beau père et d'un toit. Elle y arriverait, elle avait son corps, son esprit d'adolescente de 14 ans, elle paraissait plus âgée malgré ses formes peu developpées. Elle y arriverait. Elle vivrait de musique, elle ferrait la manche de le métro, elle se tirait de cette ville. Elle referait sa vie.

[…]

Hermès se réveilla un peu groggy sur le sol bétonné de l'entrepôt qu'ils avaient squatté cette nuit. Le monde semblait tourné autour d'elle, c’était de plus en plus fréquent à chacun de ses réveils, le monde tanguait et lui donnait mal au cœur, elle se redressa doucement sur son matelas de fortune constitué d'une couverture de l'armé et d'un tapis de gym usagé. Elle prit le temps avant de redresser sur ses pieds. Elle chancela, la fièvre ravageait son esprit depuis plusieurs jours maintenant. L’hiver était si rigoureux. Son premier hiver dans la rue. Elle avait tenue plus longtemps que les autres nouveaux mais la grippe l'avait prise par surprise et depuis deux jours elle alternait entre moments de délires et phases d'éveil. Elle se levait pour ne pas mourir de froid. Et pour manger mais elle n'allait pas fort. Elle avait l'impression de se réveiller après un shoot pourtant elle n'avait rien prit depuis des semaines. Elle trouva dans sa poche une cigarette rescapée, elle l'alluma les mains tremblantes. Soudainement ses jambes se dérobèrent et elle retomba lourdement sur le matelas. La cigarette lui échappa et roula jusqu'a une paire de converse trouée. C'était tout ce qu'elle voyait de la personne se trouvant devant lui. Ses yeux papillonnèrent quand une main fraiche se posa sur son front.

« Ca va aller. Je m’occupe de toi. » Murmura le quadragénaire en se penchant sur elle pour remonter la couverture sur son corps frissonnant. « Dors. »

[…]

Pourquoi il s’était occupée de lui cette nuit là, elle ne l’avait jamais su. Alexander était un homme qui avait vécut toute sa vie dans la rue. Avait-il vu en lui l’écho à sa propre souffrance ? Avait-il vu en elle un loitain fragment de sa propre vie ? Elle ne le saurait jamais. Il avait été un mentor pour elle, une sorte d'ange gardien. Elle était tombé amoureuse de lui. Il avait le triple de son âge, c'était mal. Mais elle l'aimait. Elle avait quatorze ans. Elle était jeune, influencable et elle voulait se faire du mal. Il avait été son repère, sa constante dans ce monde. Il avait été le premier a écouté sa musique et à l'encourager a se sortir de cette merde. Il avait fallut attendre trois ans avant qu'elle trouve le courage de l'embrasser. Il l'avait repoussé. Prétextant qu'elle était trop jeune. Que c'était mal. Elle l'avait embrassée une fois de plus. Et il avait cédé, parce qu'elle était désirable parce qu'il l'avait aimé dès l'instant où il l'avait vu s'éffrondrer cette nuit là. Il avait été le premier. Le tout premier. Ca c'était passé dans un minable squatt à des kilomètres de toute vie. Ca avait été parfait. A même le sol, sur une couverture de fortune. En plein hiver. Ils avaient été extremement proche cette nuit là. Deux mois plus tard une pneumonie emportait cet homme de 55 ans qui avait été un père, un amant, un mentor, et un professeur pour elle. Elle n'avait jamais été plus seule qu'après cela. Elle qui ne faisait confiance à personne ne s'est pas encore remise de cette disparition. Paul, Alexander... Trop d'hommes l'avait fait souffrir pour qu'elle croit encore à l'amour. Elle était partie pour exausser le dernier souhait de cet homme. Elle avait attérit à Londres après avoir galérer longtemps en temps qu'Escort Girl pour financer son voyage. C'était l'endroit le plus éloigné de Chicago qu'on pouvait rejoindre par avion ce jour là et selon Alexander c'était la ville dans laquelle la musique était reine. Elle n'était jamais repartie. Trouvant un job de serveuse pour payer l'enregistrement de son album et entamant des études de musique en tant qu'auditeur libre. Se produisant sur la scène du club dans lequel elle travaillait. Faisant fit des avis sur son look, les rumeurs sur son passé.

[…]

« T'as une voix superbe ma jolie. Mais tes nibards le sont encore plus ! » Annonça l'ivrogne en l'attrapant par le poignet. Hermès soupira et ôta l'autre main qui s'était posée sur son postérieur.
« Continue je t'écoute ! » Répondit-elle en tentant de se dégager. Elle échappa à sa poigne en détachant un à un ses doigts de sa peau. « Sale pervers ! » Elle passa derrière le comptoir alors que l'homme plus saoul qu'un barique la traitait de tous les noms.

Elle avait l'habitude d'être traiter de tous les noms d'oiseaux possibles et imaginables ici elle passait pour être une trainée. Etre bisexuelle et très Rock & Roll semblait être une tare dans ce bar. Tout comme jouer du Rock. Lorsqu'il posa à nouveau sa main sur son bras elle le retira comme si son contact l'avait brûlée. Le barman la regarda et souleva un sourcil.

« Un souci Princesse ? » Il la taquinait avec ce surnom depuis trois ans. La provoquant pour la voir sortir de ses gongs. Ce soir il tentait de la protéger. Cela l'agaçait plus encore. Elle avait passé son adolescence dans la rue. Elle savait surement mieux se défendre que lui. Alors que l'homme l'attirait derrière le comptoir elle leva le genoux, une frappe montante descendante qui fit se plier l'homme en deux. « Tu sais que t’es belle quand tu es en colère ? » Lui demanda le barman en souriant. « Je ne sais pas ce qui m'a prit de t'engager, à ce rythme là tu vas me faire mettre la clé sous la porte ! » La gronda t-il gentimment en lui tendant les clés de la réserve. Un escalier de service déservait le premier étage, enfin étage était un bien grand mot, s'y trouvait le bureau du patron. Un canapé lit et une douche accompagné d'un bureau. C'était là qu'Hermès dormait. Pas de loyer. Le paradis. Pourtant ces quatre murs l'emprisonnaient. Elle l'oiseau éprit de liberté. Londres l'étouffait. Pourtant son avenir s'y trouvait.




CHAPTER IV
SI VOUS POUVIEZ CHANGER QUELQUE CHOSE : Elle empêcherait la mort d'Alexander, elle ferrait en sorte qu'il ne la quitte jamais, elle ferait tout pour qu'il vive plutôt qu'il ne soit mort, quitte à mourir à sa place.
VOTRE PLUS GRAND REVE : Réussir à percer dans la musique, elle souhaiterait que sa musique parle à quelqu'un, comme la musique à pu l'aider, elle voudrait que ses chansons touchent un autre être humain mais pour cela il faut qu'elle trouve un label qui accepterait de la produire
L'INSTANT PARFAIT : Sa première fois avec Alexander
LE PLUS BEAU JOUR DE VOTRE VIE : Le jour où elle a posé le pied en Angleterre à Londres.

CHAPTER V
PRENOM : Pow
ÂGE : 20 ans
NIVEAU RP : 5
OU AVEZ VOUS CONNU LE FO ? : Sur PRD
AVATAR : Kristen Stewart
CODE : J'ai beau avoir lu le règlement je ne l'ai pas vu !
AUTRES : Alors je suis un peu schyzo sur les bords, un brin tarée aussi mais on prétend que c'est ce qui fait mon charme. Je rejoue un personnage que j'adapte pour ce forum, un personnage dont j'ai écris l'histoire il y a peu mais que j'adore. Je vous conseille de ne pas faire attention à mon côté allumée, je ne mange personne.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès O. Bradford
avatar
Oeuf à la coque



Mon avatar : Kristen Stewart
Mes messages : 33
Etude & Année d'étude : Elle étudie en candidat libre en musique, 4eme année
Emploi(s) : Elle est serveuse dans un bar
Date d'inscription : 04/07/2010


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant   Dim 4 Juil - 19:47

Ma fiche est à présent terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily G. Dawson
avatar
A D M I N S ;


Mon avatar : Keira Knightley
Mes messages : 6409
Date de naissance : 31
Localisation : London
Mon âge : 22 ans
Etude & Année d'étude : Etudiante
Emploi(s) : Barman
Date d'inscription : 15/11/2008


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : O u v e r t s

MessageSujet: Re: HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant   Dim 4 Juil - 20:41

Welcome (: Ton avatar est superbe :louve:
Bref, ton personnage est original, j'aime beaucoup et ta fiche très bien écrite =)
Ta fiche est donc incontestablement validée (: Dans quel groupe souhaite-tu être ?


    ABSENTE .
    « - IL Y A QUATRRE CHOSES QUE TU
    NE M'AS PAS DEMANDE DE FAIRE,
    QUE JE REGRETTE ET J'AURAIS ETE CAP...
    - GENRE ?
    - MNGER DES FOURMIS, INSULTER LES CHOMEURS QUI
    SORTENT DE L'ANPE... T'AIMER COMME UN FOU.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcome-london.forum-actif.net
Hermès O. Bradford
avatar
Oeuf à la coque



Mon avatar : Kristen Stewart
Mes messages : 33
Etude & Année d'étude : Elle étudie en candidat libre en musique, 4eme année
Emploi(s) : Elle est serveuse dans un bar
Date d'inscription : 04/07/2010


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant   Dim 4 Juil - 21:09

Etudiante en Art ou Ladies ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alanis N. McRae
avatar
Crème brûlée



Mon avatar : Emma W.
Mes messages : 597
Date de naissance : 28
Localisation : SOHO
Mon âge : 20 ans
Etude & Année d'étude : Littérature - 2° année
Emploi(s) : Etudiante
Date d'inscription : 01/01/2010


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant   Dim 4 Juil - 21:12

Welcome parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily G. Dawson
avatar
A D M I N S ;


Mon avatar : Keira Knightley
Mes messages : 6409
Date de naissance : 31
Localisation : London
Mon âge : 22 ans
Etude & Année d'étude : Etudiante
Emploi(s) : Barman
Date d'inscription : 15/11/2008


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : O u v e r t s

MessageSujet: Re: HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant   Dim 4 Juil - 21:14

Hermès O. Bradford a écrit:
Etudiante en Art ou Ladies ?

Plus étudiante en Art moi je pense Wink


    ABSENTE .
    « - IL Y A QUATRRE CHOSES QUE TU
    NE M'AS PAS DEMANDE DE FAIRE,
    QUE JE REGRETTE ET J'AURAIS ETE CAP...
    - GENRE ?
    - MNGER DES FOURMIS, INSULTER LES CHOMEURS QUI
    SORTENT DE L'ANPE... T'AIMER COMME UN FOU.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcome-london.forum-actif.net
Hermès O. Bradford
avatar
Oeuf à la coque



Mon avatar : Kristen Stewart
Mes messages : 33
Etude & Année d'étude : Elle étudie en candidat libre en musique, 4eme année
Emploi(s) : Elle est serveuse dans un bar
Date d'inscription : 04/07/2010


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant   Dim 4 Juil - 21:16

Va pour étudiante en art alors ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Josh H. Evans
avatar
A D M I N S ;


Mon avatar : Josh Hartnett
Mes messages : 2742
Mon âge : 26 ans
Etude & Année d'étude : terminée, basta
Emploi(s) : Garagiste
Date d'inscription : 15/11/2008


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant   Lun 5 Juil - 11:38

Bienvenue parmi nous !
KRISTEN bon choix !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès O. Bradford
avatar
Oeuf à la coque



Mon avatar : Kristen Stewart
Mes messages : 33
Etude & Année d'étude : Elle étudie en candidat libre en musique, 4eme année
Emploi(s) : Elle est serveuse dans un bar
Date d'inscription : 04/07/2010


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant   Lun 5 Juil - 13:52

Je retourne le compliment pour Ian xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant   

Revenir en haut Aller en bas
 

HERMES • J'ai le prénom d'une marque de fille, ça n'en fait pas de moi une pour autant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WELCOME LONDON  :: g e s t i o n :: Dossiers de présentation :: Acceptés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit