WELCOME LONDON
Hey bienvenue sur le forum " Welcome to London " =)
Amuse-toi bien parmi nous ;p

Avant de poursuivre votre visite sur le forum, sachez que "Welcome to London" est avant tout un forum RpG. Si vous souhaitez vous inscrire, parmi nous, il vous faudra savoir faire 15 lignes de RP complètes, et connaître les bases d'un forum. Si vous ne vous sentez pas capable ou que votre activité parmi nous sera médiocre, merci de PASSER VOTRE CHEMIN .

N'oubliez pas de consulter les règles ainsi que le contexte, pour une meilleure vision des choses sur le forum =)

Enjoy !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
WELCOME LONDON ROUVRE SES JOLIES PETITES PORTES !
VOTEZ POUR LE FORUM ICI

Partagez | 
 

 Knock yourself out <reserved>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alanis N. McRae
avatar
Crème brûlée



Mon avatar : Emma W.
Mes messages : 597
Date de naissance : 28
Localisation : SOHO
Mon âge : 20 ans
Etude & Année d'étude : Littérature - 2° année
Emploi(s) : Etudiante
Date d'inscription : 01/01/2010


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Knock yourself out <reserved>   Mer 7 Juil - 13:20

DAMON J. MATTHEWS & ALANIS N. McRAE


    Alanis venait de rentrer de la fac, apellant son frère pour voir s'il était là mais vu que personne ne lui répondait, elle en déduit que non. Elle déposa dans l'entrée son trousseau de clés et retira sa veste tandis qu'elle s'avançait vers la cuisine où elle aperçu un posti-il collé sur la porte du frigo et reconnu l'écriture de son frère. Elle déccrocha le dit post-it en même temps qu'elle retirait sa petite écharpe de son cou et lu le mot que Mal lui avait laissé. Il sortait ce soir avec des potes, il lui avait laissé de l'argent pour se commander une ou deux pizzas et il lui disait de ne pas l'attendre tout en lui disant de rester sage et qu'il l'aimait. Al esquissa un sourire en emmenant le post-it dans sa chambre. Elle gardait toujours ces petites notes que son frère lui écrivait, dans un petit carnet dans lequel elle mettait aussi des photos de sa famille. Ce n'était certes qu'un post-it mais pour elle c'était une petite preuve d'amour fraternel venant s'ajouter à beaucoup d'aitres. Mais bon, arrêtons là les niaiseries sentimentales. Une fois qu'elle eut rangé sa veste dans son armoire et déposé son sac sur son lit, elle alla à la cuisine pour se prendre un peu de jus d'orange. Elle avait donc l'appart pour elle seule ce soir, ce qui signifiait qu'elle pouvait regarder ce qu'elle voulait à la télé, se goinfrer comme deux en dévorant son poids ou presque en pizza et surtout faire la folle si ça lui chantait. En parlant de ça, elle avait déjà mis la radio depuis sa chambre et en allant au salon, elle chantonnait distraitement jusqu'à attraper le programme télé pour voir si sa soirée serait plutôt petit écran ou grand écran. En clair si elle devrait se mettre un dvd ou pas. A peine eut-elle ouvert le programme que le téléphone sonna. Sans doute sa mère, puisqu'elle apellait toujours vers cette heure là, et surtout parce que grâce aux merveilles de la technologie moderne, Mal et elle avait attribués une sonnerie bien particulière au numéro de leurs parents. Elle déccorcha donc et resta une bonne vingtaine de minutes au bout du fil avec sa mère. Une fois le combiné reposé sur son socle, elle quitta le canapé où elle s'était assise entre temps pour aller dans sa chambre chercher ses devoirs. Il était encore un peu tôt pour commander ses pizzas. Elle avait beau adoré ce plat là, manger deux pizzas ou presque à à peine dix-huirs heures quinze c'était un peu éxagéré. Après s'être plongée dans ses devoirs, elle ne s'aperçu de l'heure que quand son ventre commença à lui rapeller qu'il avait faim. Il était vingt heures passé maintenant. Elle attrapa le combiné du téléphone et appuya sur la touche qui correspondait au numéro de sa pizzeria préférée (encore les merveilles de la technologie) et commenda donc une pizza norvégienne et une bolognese. Elle avait le temps de se doucher avant que le livreur ne se pointe à sa porte avec sa commande. Peut-être que ça serait même le type mignon de la dernière fois. Il lui avait fait son plus beau sourire, même si le pauvre s'était bien vite vu envoyer sur les roses, mais pas par elle, mais bel et bien par Mal qui prit les cartons et lui claqua la porte au nez.

    Ce qu'elle pouvait déteste ça. Le surprotectionnisme de ses quatres frères. Bon, maintenant que Connor était marié et papa, lui c'était calmé avec elle, il avait suffisament à faire avec sa propre fille à présent. Plus papa poule que lui, elle doutait fortement que ça puisse un jour exister. Arthur lui, même s'il vivait Outre-Manche pour ses études avait un espion de choix en la personne de Mal qui l'apellait régulièrement pour le tenir au courrant de tout. Comme quoi même à distance, séparés par une mer et des centaines de kilomètres son frère la surveillait toujours (de quoi vous faire un peu rager quand même). Rajoutez donc au tableau Arawn qui lui ne voulait pas qu'elle fréquente des garçons plus âgés qu'elle, et Malchiah qui lui jouait carrément les Cerbères, vous voyez pourquoi Alanis pouvait en avoir assez de tout ça. Elle savait bien entendu que ça venait d'un bon sentiment, que ses frères ne voulaient que son bien, qu'elle trouve un type bien pour elle, qui n'irait pas lui briser le coeur sans le moindre remord. Mais elle voulait simplement pouvoir décider un peu plus de ce qu'elle devait faire dans sa vie privée. Après le départ de Benjamin l'an passé, c'est certain qu'elle n'envisageait plus de nouer une relation stable de suite. La rupture bien que réciproque la tavaillait toujours un peu malgré ce qu'elle en disait. On ne sort pas d'un an ensemble sans quelques regrets. Et certes, elle n'avait que vingt ans mais elle était mature et responsable, alors si ça lui chantait d'avoir des histoires sans lendemain, au fond ça la regardait elle non? Bien entendu ses frères n'étaient pas de cet avis, alors même si elle détestait mentir, elle ne leur disait pas plus que ce qu'ils voulaient entendre après chacune de ses sorties.
    Elle secouait donc la tête en repensant à tout ça quand elle entra dans sa douche. Ce que ça faisait du bien après une journée aussi assommante que celle qu'elle avait eut aujourd'hui. Cours tôt le matin puis plus rien jusqu'en début d'après-midi, un creux à nouveau et deux heures de cours abec un prof à la voix à moitié cassé qui du coup rendait le cours désespérement monotone. Oui, une bonne soirée tranquille se profilait à l'horizon. Elle pourrait se mettre dans sa tenue préférée pour une soirée pareille, manger avec les mains et même se boire une petite bière. Que demande le peuple franchement? Elle sortit de sa douche sous les accords d'un morceau des Ramones et alla donc se changer dans sa chambre. Elle troqua sa serviette contre un vieux caleçon rouge et un top à bretelles noir. Ses cheveux encore trempés tombaient en cascade sur ses épaules, elle n'avait pas envie de les sécher, ils le feraient bien naturellement jusqu'à ce qu'elle aille se coucher de toute façon. Elle franchissait à peine le seuil de sa porte quand on sonna. Le livreur sûrement. Avant donc d'arriver à la porte pour lui ouvrir, elle fit un détour par la cuisine pour prendre la monnaie laissée par son frère sur la table et quand elle ouvrit la porte, elle fut surprise de reconnaître le visage du livreur, et pour cause. C'était en fait Damon qui tenait les deux cartons de pizzas, arborant son éternel sourire en coin.

    « J'savais pas que tu étais livreur de pizzas toi maintenant. »

    Sa façon à elle de lui dire bonjour. N'empêche qu'elle souriait en se poussant sur le côté pour le laisser entrer. Bon, certes ses projets de soirée en solo, tranquille se trouvaient compromis, mais pas grave, elle savait qu'elle s'amuserait tout autant maintenant que mister Matthews jouait les invités surprises chez elle.

    « Tu n'as pas de rencard ce soir que tu te pointes chez moi comme ça? », demanda-t-elle en refermant la porte derrière lui.


Dernière édition par Alanis N. McRae le Sam 10 Juil - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Josh H. Evans
avatar
A D M I N S ;


Mon avatar : Josh Hartnett
Mes messages : 2742
Mon âge : 26 ans
Etude & Année d'étude : terminée, basta
Emploi(s) : Garagiste
Date d'inscription : 15/11/2008


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: Knock yourself out <reserved>   Jeu 8 Juil - 21:31

    19heure pétante, l'heure était enfin arrivée pour Damon de fermer son garage où le dernier client venait tout juste de quitter les lieux. Le jeune homme était propriétaire depuis peu d'un vieux garage qu'il avait entièrement rénové à ses frais. Un bel investissement dont il n'était pas peu fier ! Prenant soin de fermer à double tour chaque entrée du bâtiment, Damon se dirigea sans plus tarder à sa voiture pour rentrer chez lui après une longue journée de travail éprouvante. Mais la soirée était loin d'être fini pour notre jeune homme, qui avait déjà pour projet de boire un verre ou deux au Chiquito, le bar situé juste au coin de sa rue. Un endroit qu'il fréquentait fréquemment, généralement en bonne ou charmante compagnie, tout dépendait. Il faut savoir une chose importante; depuis la perte de sa meilleure amie et sa rupture brutale avec son unique premier amour, il considérait n'avoir aucun ami et ne porter aucune affection pour personne. C'était un principe simple pour ne plus s'attacher et souffrir à nouveau. Bien que l'amitié s'installait naturellement avec certaines personnes, jamais Damon n'avouera être ami avec telle ou telle personne. Bien trop de fierté ? C'était la première chose à laquelle les gens pensaient. Le jeune homme se fichait royalement d'être aimé ou détesté -même s'il aimait être adulé-, les personnes qui le détestaient l'amusé tout simplement. Tournant la clé de contact, il démarra aussitôt pour s'insérer parmi les autres automobiles. La circulation était dense à cette heure-ci, et le trajet en fut d'autant plus pénible. Coincé dans les bouchons, Damon jeta un coup d'œil à son portable qui affichait ; 18h35. A ce rythme là, il n'était pas prêt d'arriver... Lâchant un profond soupire qui contenait tout son agacement au simple fait de devoir attendre. Car oui, notre jeune homme ne supportait pas attendre. Impatient, il veut toujours tout, tout de suite. Décidant de couper court à son supplice, il déboîta d'un coup de volant pour prendre la route normalement interdit temporairement à la circulation. Celle-ci était barrée pourtant la route était toujours intact et pouvait laisser passer les véhicules sans problème. Encore un moyen d'emmerder le monde, pensait Matthews après avoir détourné les embouteillages.

    Damon arriva enfin à son appartement après avoir galéré à trouver une place libre pour garer sa voiture. Marchant en direction de la porte d'entrée principale de l'immeuble, balançant en même temps ses clés de voiture dans sa main droite, il aperçut un jeune homme devant l'immeuble prêt à sonner accompagné de deux cartons de pizzas. A son allure, Damon comprit immédiatement qu'il s'agissait d'un livreur. Sachant qu'il y avait seulement trois étages en comptant le rez-de-chaussée, dont deux appartements pour chaque étage, l'analyse était vite faite. En effet, l'un des appart' au premier était à vendre, la famille du deuxième étage était partie en vacances, la vieille dame du premier ne comptait que sur la nourriture bio' et l'homme qui vivait seul au dernier étage n'était jamais là. Il ne restait plus que Alanis qui habitait au premier sur le même palier que Damon. Un jeu d'enfant vraiment ! Damon interpella l'homme au casque sur la tête qui se retourna automatiquement vers lui. Affichant un sourire qui se montrait sympathique mais qui ne l'était pas plus que ça en réalité, Damon prit la parole. « Cette commande est à l'adresse d'une certaine McRae, c'est bien ça ? » Demanda-t-il d'une voix confiante; l'homme acquiesça immédiatement en disant qu'il s'agissait bien de sa cliente. Damon afficha un sourire narquois au coin des lèvres et reprit sur un ton qui ne laissait pas d'intermédiaire possible. « Justement, je suis son invité ! Laissez-moi payer la note et je lui amène moi-même. » Dit-il en fouillant dans ses poches pour trouver son porte-feuille et finalement sortir quelques billets qui étaient largement suffisant pour deux pizzas. Damon lui tapa amicalement sur l'épaule suivit d'un clin d'œil complice, avant de s'emparer des fameuses pizzas qu'il avait entre les mains et s'éclipser à l'intérieur de l'immeuble, sans demander son reste. Le livreur resta un moment inerte au pied du bâtiment, puis finit par tracer son chemin réalisant qu'il avait gagner un pourboire plutôt généreux. Prenant les escaliers, Damon monta les marches deux part deux arrivant rapidement au premier. Inutile de rentrer chez lui, puisqu'il avait déjà prévu de faire une visite surprise à sa chère voisine de palier. Finalement ce soir, le bar attendra. S'avançant vers le palier d'Alanis, Damon appuya sur la sonnette avant de s'épauler contre l'encadrement de la porte. Il ne dût pas attendre bien longtemps fort heureusement, puisque la porte s'ouvrit quelques secondes après. Le jeune homme releva automatiquement son regard pour le poser sur la jeune fille qui évidemment s'attendait à voir quelqu'un d'autre, et déclara avec son éternel sourire au coin.

    « Surprise. » Dit-il d'une voix posée et complètement en contradiction avec le ton qu'on utilise généralement pour faire une surprise. « J'savais pas que tu étais livreur de pizzas toi maintenant. » Dit-elle certainement en signe de salutation. Damon quant à lui, rétorqua toujours avec ce fameux sourire au coin plus ou moins accentué; « Il y a encore tellement de chose que tu ignores. En revanche, deux pizzas pour toi toute seule, est-ce bien raisonnable ? » Dit-il avec une pointe d'ironie. D'ailleurs rare était les phrases où l'ironie était absente chez lui, mais dans ce cas-là, il n'y avait rien de bien méchant, au contraire. Il aurait bien fait une vanne sur son jeune âge, mais finalement il préféra éviter le sujet tout simplement car cela n'était pas très flatteur pour son égo, étant donné qu'il était plus âgé qu'elle, il n'avait pas envie d'être considéré comme un 'vieux' à son égard. Alanis qui avait certainement l'habitude de ses sarcasmes lui adressa un faible sourire avant de se pousser sur le côté pour le laisser entrer. Damon ne se fit pas prier deux fois pour entrer à l'intérieur écoutant par la même occasion sa voisine ; « Tu n'as pas de rencard ce soir que tu te pointes chez moi comme ça ? » Damon afficha un faible sourire amusé puis se tourna vers Alanis, les pizzas toujours en équilibre dans une main avant de répondre;

    « Quoi, tu n'es pas contente de m'voir ? Tu m'fais de la peine, là. Moi qui était prêt à partager avec plaisir ses pizzas avec toi. » Dit-il sur un ton très sérieux, mais qui ne l'était pas du tout. Damon finit par lâcher un nouveau sourire au coin avant de déposer les pizzas sur la table et reprendre plus sérieusement. « J'avais prévu d'aller faire un tour au bar comme d'hab' mais en voyant ces pizzas, je n'ai pas pu résister. » Enfin il était difficile de savoir quand Damon était réellement sérieux ou quand il ne l'était pas, son ironie étant complexe à comprendre et à cerner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alanis N. McRae
avatar
Crème brûlée



Mon avatar : Emma W.
Mes messages : 597
Date de naissance : 28
Localisation : SOHO
Mon âge : 20 ans
Etude & Année d'étude : Littérature - 2° année
Emploi(s) : Etudiante
Date d'inscription : 01/01/2010


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: Knock yourself out <reserved>   Sam 10 Juil - 20:18

    Il ne fallait pas être Sherlock Holmes en effet pour deviner pour qui étaient les pizzas que le jeune livreur apportait à cette adresse, quand on savait que la plupart de ses habitants n'étaient pas là ou pas du genre à manger une telle nourriture. Mais le fait que Damon paye le livreur pour lui prendre sa commande et accessoirement s'invite donc chez Alanis ne devait pas l'étonné. Pourquoi? Parce qu'à force elle le connaissait, lui et son comportement, et puis quand vous débarquez à toutes heures du jour ou de la nuit chez votre voisin sans en éprouver réellement de gêne ou même sans raisons, le fait d'intercepter des pizzas ce n'était au fond pas si surprenant. Elle ne se rapellait d'ailleurs pas vraiment comment ils en étaient arrivés là. Elle ne s'était rendu compte que quelques semaines après avoir amménagés ici que Damon habitait le même immeuble, et surtout le même palier qu'elle et son frère. Elle l'avait connu à son garage, quand la voiture de Malchiah été tombée en panne et qu'il était venu la faire réparé chez Damon donc. Alanis, qui était avec ce jour là avait bien sûr remarqué le jeune homme, elle n'était pas aveugle. Et elle devait l'admettre, ils avaient échangés quelques sourires et regards, mais elle savait bien que ça en resterait là et elle s'était aussi sentie désolée du comportement de son frère qui lui aussi avait assisté à la scène et qui n'avait pu s'empêcher de parler "d'homme à homme" avec le jeune garagiste en lui demandant de l'attendre dehors. Alors quand elle avait en effet compris quelle était l'identité de son voisin, au début c'était un peu gênant, mais bien vite ils étaient devenus amis, sans trop comprendre comment ou pourquoi et depuis ils avaient cultivés cette manie de squatter l'appart de l'autre quand bon leur semblait. Manie qui connaissait donc un nouvel épisode ce soir quand Damon sonna à sa porte en ayant au paravant pris la peine d'intercepter son repas. Elle imaginait sans mal la tête du pauvre livreur qui devait encore se demander s'il avait bien fait de laisser un parfait inconnu faire ça, mais le pourboire qu'avait du lui refiler Damon avait du finir par le convaincre et dissiper ses derniers doutes. Elle se disait de plus en plus que s'il n'existait pas, il faudrait vraiment l'inventer. Quand elle ouvrit donc la porte et vit que c'était lui, elle ne s'étonna presque pas de l'entendre lui dire "surprise". Elle aurait même du s'y attendre en y pensant bien.

    Signe de leur lien un peu spécial, ils n'avaient pas besoin de dire certaines choses, le ton ou la façon dont ils pouvaient le dire faisait largement comprendre ce qu'un traditionnel "bonjour" ou "salut" rendait presque futile entre eux. C'est pourquoi au lieu de le saluer, elle lui répondit qu'elle ignorait qu'il s'était reconvertit en livreur de pizzas. D'autres se seraient offusqués, ou alors l'auraient carrément mal pris, mais dieu merci pour eux, ils étaient bien au-dessus de ça. Elle sourit en l'entendant lui rétorqué alors, avec son habituelle non-chalance, qu'elle ignorait encore beaucoup de choses à son sujet. Ce à quoi elle répondit un "Ca je n'en doute pas". Mais comme il fallait s'en douter aussi, il lui adressa une remarque bien sentie quant au fait qu'elle s'était commandée pour elle seule deux pizzas. Elle haussa les épaules avant de lui répondre. « Non mais puisque tu vas en manger aussi, au final deux pizzas ne seront pas de trop. Merci de sauver ma ligne, ô mon héros. »
    Elle se poussait donc pour le laisser entrer, puisque de toute façon elle savait que rien ne servirait de le faire sortir puisqu'il avait décidé de venir passer la soirée chez elle. Mais elle ne manqua pas de lui retourner elle aussi ses habituels sarcasmes, auxquels oui, elle était depuis longtemps rompue. Elle attendit donc qu'il lui réponde, parce qu'il le ferait, comme toujours. Elle croisait les bras en l'observant, penchant la tête sur le côté pour lui faire comprendre qu'elle n'était pas dupe sur les raisons de sa venue et rit quand il l'entendit admettre qu'il n'avait pas pu résister à l'appel de son ventre et devant la perspective de partager ce repas avec sa voisine.

    « Tu sais très bien que je suis toujours contente de te voir, mais là, ça me fait moins de pizza pour moi tu sais. Mais bon, tu as payé du coup, alors je ne peux pas t'en vouloir. » Elle se dirigea vers le frigo et ouvrit ce dernier pour en sortir deux bières. En se retournant elle s'appuya contre, regardant vers Damon. « Si sa majesté veut bien se donner la peine d'aller au salon. » Elle tendait le bras en direction de ce dernier attendant en effet qu'il daigne s'y rendre car comme bien souvent, et même si elle savait que c'était une mauvaise chose, elle comptait bien manger sa pizza devant sa télé et non dans la cuisine. Et tout en avançant, elle reprit la parole. « Alors ta journée? » C'était certes plutôt banal comme sujet de conversation mais elle se doutait que la journée du jeune homme était loin de l'être elle. Car il se passait toujours quelque chose dans sa vie. Raison supplémentaire pour son frère de voir d'un mauvais oeil la complicité de sa petite soeur avec un type pareil. Elle prit une part de pizza quand il eu posé les cartons sur la table basse du salon et s'installa dans le canapé tout en mordant dans sa part, ne cachant pas son plaisir de pouvoir déguster ce repas de choix. Pour elle en tout cas. Son frère disait d'ailleurs toujours qu'elle serait retrouvée morte avec une part de pizza dans la main un jour, tellement elle aimait ça. Au point d'en manger froide même. Chacun ses tares...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Josh H. Evans
avatar
A D M I N S ;


Mon avatar : Josh Hartnett
Mes messages : 2742
Mon âge : 26 ans
Etude & Année d'étude : terminée, basta
Emploi(s) : Garagiste
Date d'inscription : 15/11/2008


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: Knock yourself out <reserved>   Ven 16 Juil - 0:59

    Il en fallait bien plus pour réussir à vexer Damon. Alanis ne lui disait pas explicitement bonsoir, tout comme lui d'ailleurs, car ils avaient leur façon bien à eux de se le dire. Ça avait toujours été comme ça entre eux, depuis le premier jour où le jeune homme s'était pointé chez sa voisine sous prétexte qu'il avait oublier les clés de son appartement et qu'il devait passer un coup de fil. En réalité, ils s'étaient rencontrés bien avant, Damon avait même eu le plaisir de faire la connaissance de son frère qu'il l'avait tout de suite mi en garde. Celui-ci devait ignorer une chose pourtant bien connu de l'entourage de Damon, lorsqu'on lui interdisait quelque chose, cela lui donnait une raison de plus de le faire. Sur ce coup là, le jeune McRae avait interdit à Damon d'approcher sa sœur. Grossière erreur ! De plus, il se trouva que les deux jeunes gens s'entendirent à merveille. Maintenant est-ce que ce fameux Malchiah était au courant que Damon fréquentait sa sœur ? Bonne question à laquelle il en avait strictement rien à faire. Lorsque Alanis ouvrit la porte pour poser ensuite son regard sur Damon, elle ne semblait pas surprise ou étonnée de le voir. Quoi, sa venue était-elle si prévisible ? Ou le faite que Matthews ne savait plus quoi inventer comme prétexte idiot pour venir lui rendre visite ? Aucune importance, Damon fit abstraction à cette surprise quelque peu ratée, sachant pertinemment que la jeune fille ne serait pas abasourdie par sa présence. Après tout, Damon passait régulièrement chez sa voisine, simplement parce qu'il aimait sa compagnie et qu'elle était si différence de ses autres connaissances, sans oublier qu'elle était censé être inaccessible s'il devait prendre en considération les menaces de Malchiah. Damon n'hésita pas un seul instant à lui balancer une petite remarque cinglante sur les deux pizzas qu'elle avait commandé, histoire de là faire culpabiliser sur les éventuels kilos qu'elle pourrait prendre en engloutissant ces pizzas. Alanis haussa des épaules, visiblement indifférente à ses propos -faut dire qu'elle était plus qu'habituer- avant de lui répondre; « Non mais puisque tu vas en manger aussi, au final deux pizzas ne seront pas de trop. Merci de sauver ma ligne, ô mon héros. » Dit-elle tout en laissant le passage au jeune homme qui s'infiltra à l'intérieure sans demander son reste, la nourriture dans les mains. Damon lui adressa un sourire à la fois sarcastique et satisfait avant même de répliquer d'un air faussement arrogant.

    « Non ne me remercie pas, on a tous besoin d'un héros sur qui compter en cas de besoin. Faut croire que je tombe à pique ! » Dit-il en entrouvrant les bras triomphant, lâchant de gros yeux dans un haussement de sourcils, avant de faire comme chez lui, comme d'habitude. Au diable, les bonnes manières et la courtoisie ! Alanis savait aussi bien que Damon, qu'ils avaient dépassés tout ça depuis un moment. La jeune fille n'hésita pas à lui demander la raison de sa visite en citant volontairement ses nombreux rancards. Il est vrai que Damon était assez libertin dans son comportement et façon de pensée. A quoi bon se priver de magnifiques créatures lorsqu'elles se présentaient à vous ? Aucun sentiment d'attache, simplement la luxure ! L'amour et tous les sentiments qui vont avec sont bannis de son vocabulaire depuis plus d'un an maintenant. Non, Matthews avait déjà tout donné dans le passé, inutile de continuer dans cette voie qui mène nul part selon lui. Comme à son habitude, Damon rétorqua avec une fausse moue dramatique à sa remarque en lui avouant qu'il était vraiment déçue qu'elle ne se réjouisse aucunement de sa présence. Évidemment, il n'était pas sérieux en prenant ce ton assez théâtrale. Comment pourrait-il l'être ? Puis, il finit par lui répondre un peu plus sérieusement cette fois, après avoir poser les pizzas sur la table qu'il n'avait pas pu résister à l'odeur alléchante des pizzas. « Tu sais très bien que je suis toujours contente de te voir, mais là, ça me fait moins de pizza pour moi tu sais. Mais bon, tu as payé du coup, alors je ne peux pas t'en vouloir. » Sur ce coup-là, elle n'avait pas tord. D'ailleurs, Damon sauta sur l'occasion pour charrier sa voisine à ce sujet; « Très juste. » Dit-il dans un claquement de doigt avant de pointer son index vers elle et rajouter ; « N'oublies pas que tu m'es redevable. » Finit-il en affichant un sourire qui débordait de satisfaction sarcastique. Alanis se dirigea dans la cuisine pour sortir deux bières du frigo, puis se tourna vers lui en indiquant le salon comme s'il ignorait où il se trouvait pour lui déclarer ; « Si sa majesté veut bien se donner la peine d'aller au salon. » Damon eut un simple petit hochement de tête avant d'attraper les pizzas et se diriger principalement vers le canapé. Celui-ci s'affala dessus, bien à son aise, posant les pizzas sur la table basse. Alanis lui avait emboîté le pas en lui demandant; « Alors ta journée ? ». Une question dès plus banale à laquelle Damon eut presque envie de lever les yeux au ciel, juste pour le plaisir de montrer à sa voisine qu'elle l'ennuyait avec ses questions. Evidemment, il ne le pensait pas vraiment; il voulait juste s'amuser sans méchanceté à l'agacer. Puis, il répondit enfin en pointant d'un signe de tête l'une des bière.

    « Ma bière d'abord. » Dit-il sur un ton goguenard. S'installant confortablement dans la canapé après avoir une part de pizza dans une main et une bière dans l'autre, il reprit en posant son regard sur la télé ; « Quoi, tu veux vraiment le savoir ? » Il marqua un temps, posant son regard sur Alanis. « J'ai croisé ton frère. Je suis pas sûr qu'il soit au courant de mes petites visites surprises. » Dit-il en affichant un sourire ironique, voulant en savoir plus à ce sujet.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alanis N. McRae
avatar
Crème brûlée



Mon avatar : Emma W.
Mes messages : 597
Date de naissance : 28
Localisation : SOHO
Mon âge : 20 ans
Etude & Année d'étude : Littérature - 2° année
Emploi(s) : Etudiante
Date d'inscription : 01/01/2010


Moi et mon ego
MES RELATIONS:
CITATIONS:
MES TOPICS SONT : Ouverts

MessageSujet: Re: Knock yourself out <reserved>   Lun 26 Juil - 23:14

    Oui, Malchiah ignorait bien sûr quand ils s'étaient rencontrés, que c'était dans le caractère de Damon de ne pas écouter ce qu'on lui disait, spécialement quand il s'agissait d'un interdit. C'était aussi utile que de parler à un sourd, ce qu'il lui avait dit était sortit aussi vite que c'était entré, ça ne l'avait peut-être même jamais atteint, allez savoir. Et c'est vrai qu'après cet épisode, quand ils s'étaient revus lorsqu'il avait prétexté ne plus trouver ses clés en toquant à sa porte, le courant était immédiatement passé entre eux. La preuve en était faite depuis longtemps déjà puisqu'ils en étaient au stade où en quelque sorte, ils avaient leur propre langage commun. Et non, Malchiah ignorait que sa soeur fréquentait Damon, car après tout, c'était ses oignons à elle non? Qui elle voyait ou non, et puis de toute façon s'il venait à y redire, elle l'enverrait paître purement et simplement. Elle l'adorait son frère, mais elle avait ses limites quand à jusqu'où son frère pouvait aller avec ses amis maintenant. Car si elle ne mettait pas le holà maintenant, ça ne ferait qu'empirer avec le temps. Et puis elle se doutait bien que quoi qu'il arrive, Damon ne cesserait pas de venir chez elle pour autant alors...
    Et non en effet, qu'il soit devant sa porte ne l'étonnait pas. S'il y avait bien quelqu'un pour faire un truc pareil c'était bien lui. Du coup oui, c'était presque prévisible, puisqu'elle était suffisamment logique pour savoir qu'à cette heure, sachant son frère dehors et que ses autres amis devaient tous avoir à faire, le seul à pouvoir lui rendre visite inopinément, c'était lui. Et non, bien qu'elle l'appréciait beaucoup, sa seule présence dans son appartement ne la ferait pas sauter de joie au plafond. Elle le laissa donc entrer, bien qu'elle était sûre qu'il n'aurait pas attendu de toute façon qu'elle le fasse d'elle-même. Et comme toujours, il lui balança dès son arrivée une petite remarque à sa sauce. Mais elle ne relevait pas, car de toute façon elle savait que ce n'était jamais méchant. Et que de toute façon elle lui répondrait sur le même ton, parce que c'était comme ça que ça fonctionnait entre eux et pas autrement. A bien des égards d'ailleurs Alanis s'amusait à dire qu'ils agissaient parfois comme un couple marié depuis bien trop longtemps à presque pouvoir prédire les faits et gestes de l'autre et surtout à se balançer sans cesse des piques. A sa réplique, elle secoua la tête en souriant tout en refermant la porte derrière lui.

    « Et bien ravie de voir que j'ai mon propre Colt Seavers. Je me sens si rassurée d'un coup. » dit-elle alors à son intention, citant la référence à la série télé pour rebondir sur la propre phrase de Damon.

    Quant à la politesse, oui ça faisait déjà un bon moment que chacun s'était assis dessus quand il décidait de rendre visite à l'autre. Bon, certes, vu que justement oui elle connaissait le côté un peu volage de Damon vis à vis de la gente féminine, elle de son côté, s'assurait avant de débarquer au moins qu'il n'était pas en galante compagnie. Ils avaient même instauré un code prévu à cet effet. Si Damon laissait un élastique autour de sa poignée, c'était leur signal pour dire que le chemin était interdit. Et elle ne s'imaginait même pas la gêne qu'elle éprouverait si jamais elle entrait une fois chez lui alors qu'il serait en train de s'envoyer en l'air dans sa cuisine ou en plein milieu de son salon. Elle n'en serait pas traumatisé, mais bon, ça modifierait quand même les choses entre eux. Tout comme elle était parfaitement consciente que la même situation pourrait se produire avec son frère puisqu'ils partageaient le même appartement. Mais heureusement pour elle, son frère s'arrangeait toujours pour découcher chez son "amie" à ces moments là et aux dernières nouvelles, pour le moment il ne fréquentait pas de fille.
    Loin de réprouver le comportement papillonneur de Damon, elle pouvait concevoir qu'il éprouvait le besoin de multiplier les conquêtes, car après tout, les hommes étaient bien des hommes, elle regrettait cependant toujours qu'on l'accepte venant d'un homme mais qu'une femme elle du coup passait pour la dernière des raclures. Elle aurait pu aussi voir pas mal de types depuis que son ex était rentré en France, pour l'oublier, pour se convaincre qu'elle n'avait pas besoin de sentiments pour être heureuse, mais ce n'était pas le cas. Elle était certes ouverte d'esprit et plutôt moderne dans sa conception du monde, mais elle n'en restait pas moins un peu fleur bleue et puis ce n'était pas dans sa nature de jouer les femmes fatales.

    Et comme toujours, Damon s'offusqua faussement de ne pas produire l'effet escompté sur elle. Et bien sûr, très vite après qu'elle ai avoué qu'elle ne pouvait qu'être redevable puisqu'il avait payé les pizzas, il en profita pour sauter sur l'occasion de le lui rappeler, comme elle avait prévu qu'il le ferait. Ils se tendaient souvent le bâton l'un l'autre pour se faire battre. Un réflexe venu d'on ne sait où mais trop profondément ancré maintenant pour l'enrailler. « Ça je le sais déjà, je te connais depuis le temps. Mais n'espère pas trop m'en demander quand même, je t'adore mais j'ai mes limites. » Elle essayait de prendre le ton le plus crédible possible, mais chacun savait bien que de toute manière, parce qu'ils agissaient ainsi quand ils se trouvaient ensemble dans la même pièce, que ce n'était que des menaces en l'air. Elle le laissa donc prendre ses aises, et alla chercher deux bières pour accompagner les pizzas. Ils passèrent au salon, non sans qu'une autre pique ne soit balancée entre temps puis elle lui demanda comment s'était passé sa journée, parce que oui, ça l'intéressait vraiment de le savoir. Était-ce si incroyable que ça venant de sa part? Mais comme toujours, Damon fit sa diva et exigea qu'elle lui donne d'abord sa bière avant de lui répondre, non sans faire des simagrées auparavant. Elle hocha donc la tête quand il lui demanda si elle voulait vraiment le savoir. Et bien sûr il profita de l'occasion pour toucher un point sensible. Mais Alanis n'allait pas se laisser abattre par sa tentative de déstabilisation. Non, elle ne lui donnerait pas ce plaisir. Elle prit sa bière et s'installa à côté de lui.

    « Il ne l'est pas, et quand bien même il le serait, je suis encore assez grande pour savoir qui j'ai envie de fréquenter ou non. Mais si tu veux, je peux lui dire comme ça au moins je serais sûre que les pizzas que je commande, je serai la seule à les manger. »

    L'ironie et le sarcasme n'étaient pas que les armes personnelles de Mister Matthews, Alanis aussi savait les manier avec brio. Elle voulait devenir écrivain, alors bon, si elle ne savait pas en faire usage, autant carrément abandonner de suite ses études et son projet de gagner sa vie grâce à ça. Elle sourit donc imitant l'air triomphant arboré par Damon juste avant et avala une gorgée de bière avant de se pencher vers la table basse du salon pour attraper une part de pizza et croqué dedans sans réserve. Ca aussi c'était appréciable avec lui, elle pouvait se comporter comme elle le ferait si elle était seule, puisque comme dit, entre eux politesse et retenue n'étaient plus de mise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Knock yourself out <reserved>   

Revenir en haut Aller en bas
 

Knock yourself out <reserved>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WELCOME LONDON  :: r é s i d e n c e s :: Quartiers Soho :: ALANIS N. MCRAE-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit